Bénin/Financement de la Planification familiale

Une augmentation du budget alloué à l’achat des produits contraceptifs s’impose.

A l’horizon 2030, le Bénin est un pays où la population, en particulier les personnes vulnérables, bénéficient d’un accès équitable aux services de Planification Familiale de qualité contribuant ainsi à son développement harmonieux. A moins de dix ans de cette échéance, cette vision du gouvernement peine à être réalisée. Une augmentation du budget alloué à l’achat des produits contraceptifs serait la bienvenue.

Déla Fidèle TAMADAHO

Au Bénin, malgré de nombreux engagements, le taux de prévalence contraceptive (TPC) reste l’un des plus faibles de la sous-région ouest africaine. 12,4 % derrière le Niger (15%), et devant la Guinée Conakry (11%) selon l’Enquête Démographique de Santé (EDS) de 2017, avec un indice synthétique de fécondité élevé de 5,7enfant par femme. Dans certains départements dont la Donga (5,9%), le plateau (5,7%), l’Atacora (10%), le TPC est très inférieur à celui au plan national, dans un contexte où les grossesses non désirées des adolescentes et les décès dus aux cas d’avortements clandestins sont un casse-tête. En attendant une nouvelle EDS dans quelques mois, des sources officielles situent la nouvelle prévalence contraceptive au plan national entre 17 et 18%, loin des 22% projetés pour cette année 2022.

Bien que le besoin d’opter pour une méthode moderne de planification existe, de nombreuses femmes n’y ont pas accès. En matière de planning familial, 32% des besoins sont non satisfaits (EDSB 2018), c’est-à-dire que sur cent femmes désireuses de recourir à la planification familiale, 32 femmes souffrent de l’indisponibilité des services.  Pour cause, la non disponibilité permanente des produits contraceptifs dans les formations sanitaires et la non gratuité des services de la PF freinent l’accès à ces services. Conséquence, le Bénin est le dernier pays du Partenariat de Ouagadougou (PO) à atteindre son objectif en termes d’utilisatrices additionnelles recrutées avec un déficit de quatre-vingt-huit mille (88000).

Or, la (PF) est le premier pilier de la réduction de la mortalité maternelle. Elle participe à une meilleure santé de la mère et de l’enfant. Conscientes de cela, certaines zones sanitaires ont rendu gratuits certains soins de la PF. C’est le cas par exemple de la zone sanitaire Zogbodomey, Bohicon, Zakpota. Un pas salutaire mais insuffisant. Il faut agir au plan national.

Le financement, un enjeu de taille

Agir efficacement, c’est financer la PF. De zéro franc en 2011, le gouvernement a décaissé dix millions francs CFA en 2012, vingt (20) millions en 2014, soixante (60) millions en 2016.  Puis ce financement qui a atteint un pic de deux cent cinquante millions (250 millions) de francs CFA en 2019 a chuté à 50 millions en 2020 en raison de la pandémie du COVID. Pour marquer de la volonté politique, le premier des quatre engagements pris par notre pays en 2019, est d’augmenter à partir de 2022, de 10% chaque année le budget alloué à l’achat des produits contraceptifs pour porter la part contributive de l’Etat à 403 millions en 2026. Un noble défi qui d’une part garantirait la disponibilité permanente des services de la PF dans les formations sanitaires et d’autre part permettrait de réduire sensiblement les besoins non satisfaits.

Seulement entre l’engagement et les actions, il y a un gap. Depuis dix ans, le budget alloué à la PF n’est ni sécurisé, ni stable, ni décaissé à temps. Il faut non seulement financer, mais aussi décaisser à temps. Aussi, les Organisations de la Société Civil (OSC) pour la PF, multiplient les sensibilisations et les plaidoyers. Si le Bénin veut espérer des résultats tangibles quant à l’augmentation du taux de prévalence contraceptive, il est impérieux de revoir à la hausse le financement de la PF, plus précisément le budget alloué à l’achat des produits contraceptifs.  Pour les OSC pour la PF, ne serait-ce que respecter l’engagement que le pays même s’est donné serait un pas significatif.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 30 =


Choix de devise
XOF Franc CFA ouest-africain
EUR Euro
× Contactez-nous