RAPO 2023

Les participants repartent avec des engagements

Au terme de trois jours d’échanges sur le thème ‘genre et santé reproductive : les stratégies pour un changement social et comportemental’, les délégués de la douzième réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou retournent dans leurs pays respectifs plus que jamais motivés pour la planification familiale. En prélude à la clôture de ces assisses, ce mercredi 13 décembre en Côte d’ivoire, les autorités gouvernementales ivoiriennes, les leaders religieux et les bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou (PO) se sont engagés à soutenir et accompagner les actions pour faciliter l’accès des jeunes aux soins de qualité en santé sexuelle et reproductive, de même que leur donner des informations de qualité. Déla Fidèle TAMADAHO AGOSSA

Pour la planification familiale (PF) en faveur des jeunes, je m’engage’ ce sont les derniers mots du ministre de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle de la Cote d’ivoire, à l’occasion de la clôture de la douzième reunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou (RAPO). Pierre Dimba a réitéré l’engagement de son pays à rendre gratuit les soins en santé sexuelle et reproductive. Il a également au nom de son gouvernement annoncé à nouveau l’augmentation du financement de la PF de quatre cent millions à deux milliards cinq cent millions de francs CFA. Ces engagements de la Côte d’ivoire sont salués par la directrice de l’unité de coordination de Partenariat de Ouagadougou (UCPO) qui souhaite que tous les pays emboitent le pas à la Côte d’ivoire. Pour Marie Bah, la planification familiale est une solution. C’est pourquoi l’UCPO est également satisfaite que les leaders religieux comprennent les enjeux de la PF. En effet, l’aumônier principal des hôpitaux et centres de santé de la cote d’ivoire s’est basé sur un verset du coran pour exprimer son engagement à soutenir le planning familial. Selon lui, le prophète Muhamed a déconseillé les grossesses rapprochées puisque cela met en danger aussi bien les enfants que la mère.

Pierre Dimba, ministre de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle de la Cote d’ivoire,

De même, les leaders religieux et chefs traditionnels de l’Alliance des religieux pour la santé intégrale et la promotion de la personne humaine se sont engagés à œuvrer pour la santé des adolescents et jeunes. Leur porte-parole, le révérend pasteur Isaac Zogbe Zirignon, président du conseil d’administration, a cité un verset biblique pour appuyer la nécessité d’accompagner la promotion de la planification familiale. Des engagements, les partenaires techniques et financiers en ont aussi faits. Ainsi l’ambassadeur du royaume uni près la cote d’ivoire Catherine Brooker a rassuré l’UCPO de l’engagement financier de son institution. Selon elle, les femmes et les jeunes filles devraient avoir le droit de disposer de leur corps, de décider d’avoir ou non des enfants, d’avoir le choix d’achever leurs études, d’accéder à leur autonomie financière et participer à l’économie du pays. Avec de tels engagements, les participants de la RAPO repartent rassurés et certains de réaliser de nouveaux progrès avant une nouvelle édition.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 8 =


Choix de devise
XOF Franc CFA ouest-africain
EUR Euro
× Contactez-nous