Avant d’aimer les autres, t’aimes-tu suffisamment? 😍

La capacité d’aimer autrui est liée à la capacité de s’aimer soi-même. Les gens qui se veulent du mal, qui se mésestiment ou se culpabilisent ont beaucoup de difficultés à concevoir de l’amour et de la compassion pour  les autres. J’ai pris connaissance des travaux de la psychologue américaine Kristin Neff qui a montré que le développement de la compassion pour soi-même a de nombreux bienfaits, sans pour autant accompagner un accroissement du narcissisme.

La réconciliation avec soi-même est le préalable indispensable à l’ouverture aux autres.

Le non-attachement

Ne pas s’attacher ne veut pas dire aimer moins les autres, car on est moins préoccupé par le besoin  de recevoir leur amour en échange de celui qu’on leur donne. Plutôt que de s’attacher aux autres pour le bonheur qu’ils nous donnent, on se soucie de leur bonheur au lieu d’attendre anxieusement une gratification, on se réjouit simplement quand notre amour suscite un amour réciproque.

Je préfère le terme non-attachement qui évoque l’idée de ne pas coller aux choses au mot détachement qui fait penser à un attachement douloureux.

Le non-attachement consiste à apprécier pleinement les êtres et les situations, mais sans vouloir les accaparer, sans les enduire avec la colle de notre désir possessif.

Le non attachement, c’est aussi ne pas placer tous les espoirs et nos craintes dans les conditions extérieures. Cela ne signifie pas qu’on ne fait plus de différence entre la moutarde et la banane et que tout devient insipide, mais qu’on est capable de préserver notre paix intérieure en toutes circonstances, qu’il fasse chaud ou froid, que l’on soit à l’aise ou pas qu’on nous dise des choses plaisantes ou déplaisantes.

Une fois cette paix intérieure trouvée, on est comme un bateau avec une quille bien plombée, même une rafale de vent nous fait gîter, on ne chavire pas, on a vite fait de se redresser. La simplicité intérieure va de paire avec une grande liberté par rapport aux ruminations mentales, aux espoirs et aux craintes qui rendent souvent compliquées mêmes les situations les plus simples, dans son sens le plus profond, veut dire le repos dans la nature de l’esprit, libre de toutes fabrications mentales.

S’aimer soi-même

S’aimer soi-même, c’est se lancer dans une belle histoire d’amour qui durera toute la vie. Oscar WILDE

Visitez également notre Boutique 1TPE pour vos produits en bien-être

L’idée de s’aimer soi-même qui heurte si souvent est mal comprise. Nous confondons l’amour de soi et l’égoïsme ou l’égocentrique.

Nous supposons qu’il s’agit de venir des narcisses passionnés par notre image et imbus de notre petite personne, centré sur notre bien-être.

L’amour de soi n’a rien à voir avec ses attitudes autocentrées. Il consiste au contraire à accepter humblement ses limites, reconnaître ses atouts et modestement permet de vivre avec soi-même et avec les autres, car ils apparaissent alors non pas comme des concurrents, mais des partenaires nécessaires. Personne ne ressemble à personne. Chaque être humain est unique en son genre. Il est le fruit d’une histoire, d’une époque, d’une rencontre, d’un ensemble de savoirs, de savoir être et de savoir-faire dont l’assemblage compose un spécimen qui n’a jamais existé et n’existera jamais plus. Vous êtes unique et votre vie a un sens car vous avez un vécu, des manières d’être, de faire et de dire, une histoire à apporter à la communauté humaine.

Agréable semaine

Psy Fortuné ❣

A lire aussi Comment donner du sens et de la valeur à ta vie?

Cliquez ici pour accéder à nos reportages

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 8 =


Choix de devise
XOF Franc CFA ouest-africain
EUR Euro
× Contactez-nous